UA-63729103-1

16 octobre 2017

Annonce - Rencontre avec Alain Cadéo à la Médiathèque de Bourges le 20 octobre 2017

01b - Copie (13) - Copie - Copie - Copie - Copie - Copie - Copie - Copie - Copie - Copie - Copie.JPG

Clip de la Médiathèque

Médiathèque.JPG

14:38 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

13 octobre 2017

Scandalisé - Ixelles: Un individu revend des livres piqués dans une boîte d’échange (Article de la DH)

59d80800cd70461d2678d480 - Copie.jpg

C'est un riverain qui vit à deux pas de la boîte à livres qui a averti les autorités communales.

Depuis quelques années, les boîtes à livres se multiplient en Région bruxelloise. Dans ces bibliothèques de rue, chacun peut gratuitement prendre ou déposer des livres. Et celles-ci ne semblent pas attirer que des passionnés de lecture… du moins à Ixelles.

En effet, Willy, un riverain de la place Fernand Cocq (voir photo), a fait une drôle de découverte en se rendant dans une libraire d’occasion de la chaussée d’Ixelles, située à quelques pas de là. Des romans, qu’il avait déposés quelques semaines plus tôt dans la boîte à livres, se trouvaient en vente dans ladite librairie, au prix de 5 ou 6 €.

"Je ne pouvais pas être sûr que c’était les miens mais j’avais de gros doutes. J’ai donc commencé à poinçonner tous les livres que je mettais dans la boîte. Et effectivement, je les ai retrouvés dans la boutique peu après. Cela m’a outré. L’objectif de cette boîte à livres est d’ouvrir la lecture à tous et non de permettre aux commerçants de tout charger dans leur camionnette et de les mettre en vente", s’insurge Willy, le blogueur littéraire.

L’Ixellois est alors directement allé prévenir les autorités communales ainsi que la police locale. Un inspecteur de quartier s’est rendu sur place le lendemain pour constater les faits. Seul hic, aucune sanction ne peut être prise à l’encontre du tenancier de la libraire.

Étant donné la mention d’échange stipulée sur la boîte, cela ne peut être considéré comme un vol.

"Légalement, on ne peut rien faire, soupire l’échevin de la Culture Yves de Jongue d’Ardoye (MR), C’est ignoble. On a installé cette boîte d’échange pour faire plaisir et finalement, un individu en profite pour les revendre, cela fausse complètement notre système."

Pour contrer ce phénomène, la commune a décidé de mettre en place un système d’autocollants. "Nous allons faire imprimer de grands autocollants indiquant ‘Ce livre n’est pas à vendre’ que nous collerons sur la devanture de chaque livre posé dans la boîte. Nous avons envoyé les autocollants à l’imprimeur et nous devrions les recevoir avant la fin de l’année", conclut l’élu libéral.

S. N.

logo DH.jpg

 

Scan_0001 - Copie.jpg

 

Comment remédier contre ces incivilités ?

Les autorités communales vont apposer une étiquette sur la couverture extérieure des livres déposés par les habitants.

Pour ma part, les livres seront tamponnés et marqués.

BAT Cachet livre.JPG

 

15:25 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

03 octobre 2017

Bakhita – Véronique Olmi – Albin Michel – 457 pages – Août 2017

Bakhita.jpgElle a dix-neuf ans, elle s’appelle Bakhita, elle est la nourrice de cette petite fille qui s’appelle Alice Michieli et vit à Zianigo.

Elle se répète cette réalité, mais les souvenirs sont couchés là, au pied de son lit, le passé est un chien fidèle…

Un village en feu. Un paquet derrière un bananier. La solitude…

Et la peur, la peur qui grandit de jour en jour, comme un paysage nu.

Elle que son père avait présentée à la lune, elle qui se savait l’invitée de la terre, voilà que l’univers ne la protège plus.

Les esclaves passent et n’habitent nulle part. Leur peuple n’existe plus. Ils font partie de cet éparpillement, ce martyre, les hommes et les femmes loin de leurs terres, qui marchent, et souvent meurent en chemin.

 

Elle a été enlevée à l'âge sept ans dans son village du Darfour et a connu toutes les horreurs et les souffrances de l'esclavage.

Rachetée à l'adolescence par le consul d'Italie, elle découvre un pays d'inégalités, de pauvreté et d'exclusion.

Affranchie à la suite d'un procès retentissant à Venise, elle entre dans les ordres et traverse le tumulte des deux guerres mondiales et du fascisme en vouant sa vie aux enfants pauvres.

 

Bakhita est le roman bouleversant de cette femme exceptionnelle qui fut tour à tour captive, domestique, religieuse et sainte. Avec une rare puissance d'évocation, Véronique Olmi en restitue le destin, les combats incroyables, la force et la grandeur d'âme dont la source cachée puise dans le souvenir de sa petite enfance avant qu'elle soit razziée.

 

Véronique Olmi retrace avec émotion l’enfance et la vie de celle qui fut déclarée patronne du Soudan par Jean-Paul II. Béatifiée le 17 mai 1992, elle a été canonisée le 1er octobre 2000.

Le pape dira à cette occasion : « Cette sainte fille d'Afrique montre qu'elle est véritablement une enfant de Dieu : l'amour et le pardon de Dieu sont des réalités tangibles qui transforment sa vie de façon extraordinaire ».

Bakhita.jpg

 

"Je viens de refermer ce livre magnifique. Chaque page m'attachait davantage à l'héroïne sans nom, impalpable et légère , qui trace une route cruelle sous ses pieds blessés. Une perle noire brille dans l'infernal cortège des esclaves, dans ma mémoire elle les incarne tous".

Jacqueline Mairesse (Lectrice)

15:00 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

01 octobre 2017

Willy Lefèvre, la fièvre du blogueur de livres - Ecoutez Willy Lefèvre au micro d’Edmond Morrel

"Les Plaisirs de Marc page" , un blog de Willy Lefèvre

Willy biblioth.jpg

Il s’appelle Willy Lefèvre sur Facebook, mais vous le connaissez peut-être sous le pseudonyme de Marc Page dont il signe les articles de son blog , une identité qu’il a choisie par goût du jeu de mot mais aussi pour signifier sa passion : les livres ! Il les dévore comme le rat de bibliothèque dont la photographie illustre le blog, il ne s’en rassasie jamais. C’est un lecteur qui fonctionne au coup de coeur : si un livre l’a séduit, il peut en vanter les qualités à longueur de publications sur son facebook. Il a l’art de mettre en scène les couvertures des livres qu’il photographie dans les lieux qui peuvent l’évoquer : ainsi une boulangerie pour son roman fétiche ("Zoé" de Alain Cadéo), la plage de la Mer du Nord (pour "L’année dernière à Saint-Idesbald" de Jean Jauniaux, ou un restaurant corse de Bruxelles pour "La femme qui ne voulait plus faire l’amour" de Pierre Kutzner) ).

Nous l’avons rencontré chez lui, à Bruxelles. Les murs de son appartement sont tapissés de livres, lus, relus, à lire... J’aurais dû le mettre en garde contre l’invasion des livres en lui suggérant la lecture de "L’amateur d’escargots" une nouvelle de Patricia Highsmith. Mais je suis sûr que dès la fin de la lecture de ces quelques lignes, Willy Lefèvre va se précipiter dans une librairie et dévorer ce recueil qui rejoindra le mur "auteurs anglo-saxons".... Ecoutons ce diable d’homme-livre nous raconter les aléas qui l’ont conduit à cette passion dévorante qu’il partage avec autant de bonheur que d’enthousiasme avec ses visiteurs, réels ou virtuels...

Edmond Morrel le 18 août 2015

Ecoutez Willy Lefevre au micro d Edmond Morrel (36.8 Mo)

11113890_10206665536663028_3887727229675845517_o.jpg

 

01:00 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (2)

30 septembre 2017

Un personnage de roman – Philippe Besson – Éditions Julliard – 247 pages – Septembre 2017

Besson un personnage de roman.jpg« Je connaissais Emmanuel Macron avant qu'il ne se décide à se lancer dans l'aventure d'une campagne présidentielle. Et quand il m'a exprimé son ambition d'accéder à l'Élysée, j'ai fait comme tout le monde : je n'y ai pas cru.

J'ai pensé : ce n'est tout simplement pas possible.

Pourtant, au fil des mois, au plus près de lui, de son épouse Brigitte et de son cercle rapproché, sur les routes de France comme dans l'intimité des tête-à-tête, j'ai vu cet impossible devenir un improbable, l'improbable devenir plausible, le plausible se transformer en une réalité.

C'est cette épopée et cette consécration que je raconte. Parce qu'elles sont éminemment romanesques et parce que rien ne m'intéresse davantage que les personnages qui s'inventent un destin. »

 

Proche du Président et de son épouse, Philippe Besson a suivi Emmanuel Macron dès que ce dernier a exprimé son intention de se présenter à l'élection présidentielle de 2017.

Dès les premières pages le style et le rythme captivent, invitent le lecteur à suivre l’ombre d’un personnage de roman.

Et quand Besson se pose… et que tous les flatteurs se pointent…

 C’est alors que les regards se croisent, car l’échappée solitaire commence à se faire rassemblement.

Le courtisé se confie… « Ce sont des digues qui cèdent. La recomposition est en marche. C’est en acte ce que l’on voulait depuis le début. Mais je distingue l’allié politique, ceux qui décident de s’engager et prennent une part active de ceux qui expriment un soutien. Ils seront traités différemment. »

Ln récit d’une aventure hors norme quand soudain, sans prévenir, comme un jeune chiot qui a flairé la bonne occasion, le narrateur parvient à (la) placer, cette phrase oh combien anodine, mais oh combien savoureuse, tant la narration des dessous de l’histoire le passionne… Lorsque je me livre (écrit Besson) à ce genre de pronostics, S. mon compagnon, me sermonne.

Il aura donc fallu attendre la page 147 pour qu’une autre ombre se glisse dans le récit…

D’autant que le petit roquet tombe lui aussi sous le charme de Brigitte. « On se sent à l’aise avec elle, il n’y a pas de barrière, pas de filtre. Et elle est absolument une femme de son temps. »

Le nouveau toutou se laisse prendre au jeu. Il accompagne parfois le narrateur au QG, ou en déplacement…

Ils observent…

Le pouvoir aimante les opportunistes. L’ancien monde n’est pas tout à fait mort.

 

Pensons à la phrase de Cocteau : « Puisque ces mystères nous échappent, feignons d’en être l’organisateur. »

WP_20170923_018.jpg

18:33 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

27 septembre 2017

Avant tout, se poser les bonnes questions - Ginevra Lamberti - éditions Le Serpent à Plumes - 220 pages - Septembre 2017

Avant tout Ginevra Lamberti.jpgEn attendant de décrocher son diplôme de langues eurasiatiques, Gaia enchaîne les boulots précaires dans une petite vallée de Vénétie. Alors qu'elle voudrait voyager dans le monde, elle finit par rejoindre Venise où son père est malade. Gaia a une mère patiente mais pas que. Gaia aime les chats et vit en colocation. Gaia n'est peut-être pas hypocondriaque mais est certaine plusieurs fois par semaine d'être victime d'un infarctus, notamment.

En somme, Gaia c'est toi ou si ce n'est toi c'est donc ton frère, ta soeur, ta fille ou ta voisine, cette personne humaine magnifique, drôle et d'une énergie rare, cette délicieuse joie.

Allons moissonner le blé, le blé, le blé... chevrote la voix de Grand-père-d'en-bas, qui d'ailleurs n'est pas mon grand-père, mais une projection de lui dans l'air brûlant...

 

Nous déboulons dans un jogging littéraire d'un nouveau genre qui est loin de nous endormir comme la lecture d'un panneau publicitaire accroché au paysage du bus emprunté chaque matin : Réservez ici votre enterrement low cost...

 

Hier soir je me proposais de lire ce roman de Ginevra Lamberti et, surprise, ce matin... Gaia m'avait précédé et s'était levée, elle aussi...

Une précision toutefois, il ne s'agissait pas d'une journée tout a fait semblable aux autres, car tant elle que moi, avions été réveillés par les hurlements du voisin.

Les hurlements du voisin retentissent dans la vallée au même ryhtme que les changements de de saison...

Saisissant tout de même la gravité de notre situation,...

 

De l'université au travail...

De la nuit à Venise,

Tout est-il cadencé par l'esprit de compétition ou par la réflexion... ?  Car...

Avant tout, se poser les bonnes questions..

 

Ginevra Lamberti est née en 1985 nous y invite. Elle vit à Venise. Blogueuse, elle est également rédactrice pour l'association culturelle Flat, voire opératrice en centre d'appel ou babysitteuse.

Avant tout, se poser les bonnes questions est son premier roman.

Un récit truculent, une écriture digne d'une contorsionniste russe ! 

youtube.jpg

 

 

 

13:28 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

25 septembre 2017

Les derniers jours de Che Guevara - Frédéric Faux - l'Archipel - Septembre 2017

Les derniers jours du Che.jpg

"Jamais, dans l'Histoire, un nombre aussi réduit d'hommes n'avait entrepris une tâche aussi gigantesque."

Cette phrase, que Fidel Castro écrit dans son introduction au Journal de Bolivie, résume bien ce que fut l'épopée du Che lors de la guérilla du Nancahuazu.

 

Le 9 octobre 1967, Ernesto « Che » Guevara était exécuté dans le hameau bolivien de La Higuera, après un an d'une impossible guérilla.

Jeune routard argentin, en vadrouille de la Patagonie à la jungle mexicaine, Guevara est entré dans l'Histoire à Cuba, où il combattit comme guérillero aux côtés de Castro, avant de devenir son ministre. Mais c'est en Bolivie que l'homme est devenu un mythe.

Pendant près d'un an, à la tête d'une quarantaine d'hommes, sans aucun soutien extérieur, le Che va tenter de mettre le feu à l'Amérique latine - et tenir la planète en haleine.

Pour faire revivre cette épopée, Frédéric Faux s'est appuyé sur les écrits des guérilleros, dont le célèbre Journal de Bolivie du Che.

Mais surtout, il s'est rendu dans la zone de combat, jusque dans les villages les plus reculés, pour rencontrer les derniers témoins et les guévaristes d'aujourd'hui, qui empruntent la « route du Che » en treillis et béret étoilé sur la tête.

De ce voyage en terre guévariste, Frédéric Faux rapporte un récit qui suit au plus près les soubresauts de la guérilla, mais aussi un témoignage sensible et personnel sur les derniers jours du Che et sur la survivance du mythe.

 

Frédéric Faux, journaliste, correspondant en Amérique latine pour Le Figaro, a vécu six ans au Salvador, en Amérique centrale, avant de s'installer en Bolivie en 2012. Il est l'auteur de livres-enquêtes. Les Maras, gangs d'enfants (Autrement, 2006) et Coca ! (Actes Sud, 2015).

Une enquête au plus profond des sources historiques et finement menée par des minutieuses recherches d'analyses historiques sur la guérilla.

 

Sur les traces de ces combattants...

 

22:03 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

LA NOUVELLE COLLECTION D'ÉPANOUISSEMENT INTÉRIEUR ET DE SPIRITUALITÉ DES ÉDITIONS POINTS - Anne Ducrocq, directrice de la collection

437-f2.jpg

WP_20170226_004.jpg

Scan_0001.jpg

Scan_0004.jpg

Anne Ducrocq, journaliste et écrivain, partage sa vie entre les livres et la vie spirituelle. Elle est responsable des dossiers Religions, Santé, Bien-être et Développement personnel à Livres Hebdo depuis 14 ans. Elle a été journaliste à PsychologiesNouvelles ClésLa Vie et Le Monde des religions pendant des années. Elle est l’auteur de nombreux livres de spiritualité laïque ou chrétienne.

Nouveautés

437-f2.jpg

 

21:04 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

24 septembre 2017

Patrick Delperdange : "Si tous les dieux nous abandonnent" Ecoutez Patrick Delperdange au micro d’Edmond Morrel

9782070148776,0-2999058.jpg"si tous les dieux nous abandonnent" de patrick delperdange (gallimard, "série noire")

Depuis "Place de Londres" (en collaboration avec Anita Van Belle) jusqu’à "Si tous les dieux nous abandonnent" ce dernier roman paru chez Gallimard, dans la Série Noire, Patrick Delperdange a écrit et publié sans discontinuer, toutes catégories confondues. Même s’il faut attendre 2005 et son "tellurique" "Chant des Gorges", souhaitons que la publication dans la centenaire et mythique collection "Série Noire" déclenche chez le lecteur la curiosité d’aller à la rencontre des romans, nouvelles, bandes dessinées signées Delperdange chez des éditeurs multiples, constituant une véritable oeuvre aux multiples entrées et sources d’inspiration. Pour créer son univers, Delperdange explore les genres littéraires sans jamais s’y enfermer, levant les barrières qui séparent artificiellement les catégories et s’inscrivant dans le sillage des vrais romanciers, ceux qui sont d’abord des raconteurs d’histoires, des fabulateurs, des inventeurs d’univers dans lesquels le lecteur est invité à l’ "abandon volontaire de l’incrédulité" qui fonde le pacte entre le public et les écrivains,.
Entrez dans ce dernier roman paru sous la couverture noire, vous ne le lâcherez pas avant d’en avoir terminé avec le destin auquel les dieux ont abandonnés Céline, Léopold et Josselin, les trois protagonistes livrés aux noirs desseins de Delperdange. En le lisant, on ne peut s’empêcher de songer aux grands noms de la littérature américaine et anglaise. Delperdange est aussi lecteur et traducteur, deux arts qui nourrissent celui de tout romancier authentique. Et Delperdange appartient à cette famille-là !

Nous l’avons rencontré à la sortie du roman, début janvier 2016, mais avons choisi de mettre en ligne l’entretien qu’il nous a accordé à quelques jours de l’ouverture de la Foire du Livre de Bruxelles (18-22 février 2016)...

Edmond Morrel, Bruxelles, le 15 février 2016

Sur le site de Gallimard :

Violence, cruauté, trahison : rien ne leur sera épargné. 
Céline est une jeune femme en fuite. Léopold, un vieux monsieur qui ne tient plus à la vie que par habitude. Quant à Josselin, il ne s’agit en fin de compte que d’un idiot qui se croit très malin. 
Le destin de ces trois personnages va se trouver lié de manière inattendue et impitoyable. 
Un dieu malfaisant aurait-il décidé de s’amuser avec leur existence, comme un fou qui jouerait aux dés ? 
Malgré leurs défauts, malgré leurs maladresses, Céline, Léopold et Josselin nous touchent comme nous toucheraient des amis, des semblables, des frères. Ce qui leur arrive pourrait tout aussi bien nous arriver. 
Si tous les dieux nous abandonnent, il nous faudra continuer à vivre seuls, pauvres humains.

Interviews réalisées par Edmond Morrel

Ecoutez Patrick Delperdange au micro d Edmond Morrel (42.8 Mo)

Capture.JPG

23:13 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Je suis l'autre - Berta VIAS MAHOU - éditions Séguier - 295 pages - Septembre 2017

Couverture Je suis l'autre.jpg

L'Autre et sa stupéfiante ressemblance physique avec l'autre. L'Autre, avec les cheveux de l'autre. Enfin, les siens, mais semblables à ceux de l'autre. Et pour ainsi dire le même front, au sens propre du mot. Et la démarche de l'autre.

L'Autre comme l'autre, remplit les plazas. L'Autre, comme l'autre nous intéresse. Il nous intéresse, nullement d'une autre façon, mais à la façon dont l'autre nous intéresse, par toute son audace, audace aussi grande que celle de l'autre, même si l'Autre possède un style différent de celui de l'autre, et d'autres manières que l'autre, bien que celles de l'Autre ressemblent à celles de l'autre...

 

En 1963, José Saez a 18 ans. Décidé à sortir de la misère, il veut devenir matador. Son inscription à l'école de tauromachie change le cours de sa vie : il se transforme en Manuel Benitez, dit El Cordobés, l'un des plus célèbres toreros du XXe siècle.

Que faire d’une telle ressemblance ? Tromper les foules ? Récupérer un peu de l’argent et de l’éclat promis à un autre que lui ? Telle est la décision de José Sáez, qui descend dans l’arène avec le visage de « l’autre » au risque d’y connaître l’échec et les mauvais coups.

Ce n’est pourtant pas là le danger principal qui menace José, ni même l’enjeu de ce livre. 

Un roman biographique sur le succès et l'échec, l'identité, l'imposture et la folie.

 

Berta Vias Mahou signe ici une magistrale analyse sur l'identité, sur les dangers de toute usurpation.

C'est l'histoire d'une "ombre" qui usa de tout pour mettre de la couleur à l'ombre de l'Autre et semer le doute...

Il s'arrêta un moment, le regarda droit dans les yeux, comme s'il cherchait à l'hypnotiser, et lui dit à voix basse : Mais Lorenzo, c'est lui ou pas ? 

A moi, tu peux le dire...

youtube.jpg

 

 

 

 

 

20:57 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

20 septembre 2017

La Bataille des Ardennes - Le quotidien des GI - Denis Hambucken - 143 pages - Racine éditions - Sepembre 2017

9782390250081.jpg

À travers des collections des vestiges, photos d'époque, lettres et témoignages intimes, cet ouvrage porte un regard neuf sur l'univers quotidien des soldats américains, et sur les circonstances qui les ont conduits vers les Ardennes depuis l'autre bout du monde.

Le 16 décembre 1944, Hitler lance l'opération « Wacht am Rhein » (Garde du Rhin), une tentative désespérée pour reprendre l'initiative en Europe de l'Ouest. Les Américains sont totalement pris au dépourvu. Dans les semaines qui suivent, un million d'hommes et des milliers de chars et d'avions s'affrontent dans les Ardennes. Des villes et villages comme Bastogne, Malmedy et La Gleize font la une des journaux dans le monde entier et resteront à jamais associés aux batailles les plus violentes et aux conditions les plus rudes de toute la guerre. 

Denis Hambucken, en bon investigateur nous présente un ouvrage riche en souvenirs et les témoignages de soldats américains soulignent le passé héroïque de ce peuple venu défendre une civilisation.

Plongeant dans les traces laissées sur le terrain et fouinant Outre-Atlantique, la synthèse de toutes ces expériences sont présentées de façon didactique dans un album riche en couleurs.

Denis Hambucken est auteur, photographe, illustrateur et graphiste passionné d'histoire. Originaire de la région de Liège et habitant les États-Unis, il retourne régulièrement dans les Ardennes et voyage à travers les États-Unis pour récolter des témoignages, des documents et des photos. Il a déjà publié cinq livres aux États-Unis.

10b.JPG

youtube.jpg

 
 
 
 
 
 
 
 

11:19 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

17 septembre 2017

Pitou et autres récits - Henri de Meeûs - Éditions MARQUE BELGE - 638 pages - Septembre 2017

Pitou.jpgLe ricanement d'un neveu,…

Une Buick attendant je ne sais quoi, idiote parquée, grosse vache inutile, alors que le trafic intense et très bruyant se déroulait à côté d’elle, comme si nos n’existions pas…

Et la voix…de cette pauvre folle, pauvre esseulée, jamais admirée. Pauvre vieille bonne femme, laide comme un péché, elle qui n’en a jamais commis, ou de si médiocres.

 

Telles ces « poupées » qui se révèlent les unes après les autres au fil de notre découverte, toutes ces nouvelles nous surprennent par leur ingéniosité chaque fois renouvelée.

 

En province, les vieilles filles s’épanouissent ; en ville elles s’étiolent. Perdues dans le bruit, elles se sentent inutiles ; dans une retraite paisible, elles prennent de l’importance.

 

Pitou

Mariage

La voix

et douze autres récits...

 

Nous cédons rapidement au plaisir de la lecture de ces quinze nouvelles qui mettent en scène des personnes âgées grincheuses et grinçantes, des aristocrates contemporains et désuets ou encore des érudits.

Tout l’art du revirement.


Capteur de la société, Henri de Meeûs a la plume virevoltante.

Au fil de ses nouvelles, l’oiseau plane sur des textes spontanés, à l’affût du moindre couloir d’air pour changer de cap, nous surprenant par un soudain changement du plan de vol que nous pensions emprunter...
Il dépoussiérera bientôt les lambris des académies tant le souffle de fraîcheur de ses textes enfouira les « écrive-riens » dans l’urne de nos oublis.

21728625_10214151330523196_4302700021419245323_o.jpg

22:32 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (2)

15 septembre 2017

Les Roulades littéraires corsées du 27 septembre 2017 recevront Anne-Michèle

WP_20160520_156 - Copie (4) - Copie.jpg

Anne-Michèle Hamesse s'essaie d’abord à la peinture, en suivant notamment des cours à l’Académie d’Uccle.

Au début des années nonante, elle bascule de la peinture à l’écriture, même si le passage avait débuté au travers de sa peinture avec l’apparition de mots.
Son premier roman “Natale” est publié en 1994 aux Editions Luce Wilquin.
Depuis, au fil des ans, chez différents éditeurs belges, elle a publié des romans, des recueils de nouvelles, ainsi que des pièces de théâtre. Son œuvre est façonnée par cette plume forte, profonde, dotée d’une voix et d’un univers particuliers, qui est la sienne
Ces dernières années, elle a publié un roman “Les années Victoire” chez Novelas, et plus récemment, un recueil de nouvelles au Editions du Cactus Inébranlable (“Ma voisine a hurlé toute la nuit”)

 

Anne-Michèle Hamesse est également présidente de l’Association des écrivains belges.
Une femme haute en couleurs, à découvrir ou redécouvrir

12465991_10208367828579262_3107142274292323446_o - Copie - Copie - Copie - Copie.jpg

 

« Les Roulades Littéraires Corsées »
Dîner littéraire autour d'une salade corse.
L’initiative a été évoquée au cours de l’été 2015 lors d’une petite rencontre informelle entre curieux de la littérature. Les convives se quittèrent sur l’envie de renouveler ce qui s’est révélé une plaisante occasion de partager l’expérience de l’écriture, de l’interview, de la chronique ou de l’édition…
Le nom de baptême, « Les Roulades Littéraires Corsées », imaginé par François-Xavier, a été très vite médiatisé par l’annonce des premières rencontres qui se sont révélées de bons succès.
Le bouche à oreille fonctionnant très rapidement, il a été convenu de limiter le nombre de participants permettant ainsi une conviviale conversation entre chacun des convives.
L’un d'eux, désireux de faire part de sa propre expérience se voit ainsi propulsé en tête d’affiche et bénéficier de l’attention toute particulière de François-Xavier qui durant quarante-cinq minutes tentera de nous révéler la face cachée de son interlocuteur.

Lieu : L'Îlot Corse - 22 Rue du Collège (Place Fernand Cocq) - Bruxelles (Ixelles)

PAF selon votre menu et boissons
Réservation indispensable via mail : lesroulades@gmail.com
Nombre de places limité !

Du côté de chez Marcel - Un petit billet de François-Xavier - Paris Jour 1

FX paris jour 1.jpg

Marcel Proust ne fut pas le seul Marcel à avoir marqué l'histoire de la Littérature du 20eme siècle pour avoir manié, avec un talent certain, la plume.

En effet, Marcel Aymé a laissé une œuvre impressionnante, constituée de nouvelles. La plus célèbre d'entre elles est très certainement "Le Passe-Muraille"

 

Si un jour, vous venez à vous perdre sur les hauteurs de l'avenue Junot à Montmartre, ne soyez pas surpris de voir un homme surgir d'un mur au fond d'une place.

En effet, il s'agit du Passe-Muraille en personne, sculpté par Jean Marais, et franchissant le mur de la bien nommée Place Marcel Aymé.

L'auteur y vécut durant de nombreuses années.

A Paris, l'histoire de la Littérature se dévoile à chaque coin de rue.

 

11811487_10207299380708733_458479829133566320_n - Copie.jpg

 

 

 

 

 

 

Chroniqueur

08:54 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

13 septembre 2017

Un nouveau livre dans la bibliothèque du rat - Une nouvelle page dynamique à découvrir !

11312780_818562324888367_2508021522660864027_o - Copie (3) - Copie.jpg

facebook-logo-vector-400x400.png

23:45 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)