UA-63729103-1

06 avril 2017

Lu dans les colonnes de La Ville en rose... Pour un roman extraordinaire mené par un jongleur des mots, Alain Cadéo, Zoé... aux Editions Mercure de France. (prochainement traduit en chinois eh oui !)

10956395_675898745870621_5592700715399948035_n - Copie - Copie (3).jpg

Il existe des voyages que l’on souhaiterait sans fin… Mais pourtant, chacun sait que les bonnes choses se savourent justement parce qu’elles prennent fin… Et tout dépend bien sûr de la nature du voyage… Celui-là ne manque ni de saveurs, ni d’odeurs, ni de couleurs.

Alain Cadéo nous emmène dans un lieu sauvage, en pleine nature, dans un petit village niché quelque part et nous invite à vivre au rythme de ses deux personnages, qui franchement, valent le détour, le séjour. . Au pays de l’amour. Car il s’agit bien d’amour entre Zoé, jeune étudiante qui travaille les week-ends à la boulangerie et Henry, ce soixantenaire claudiquant, qui ne se lasse pas d’observer la jeune fille ; elle sera le temps du voyage comme une fontaine de Jouvence, une source intarissable d’émotions comme d’inspiration.

Mais ne nous méprenons pas. Il n’y a aucune histoire de sexe, de sordide, de trop facile et de pernicieux entre ces deux-là. Il y a du respect, de l’admiration et une complicité que l’on serait presque jaloux de n’avoir pas vécue. Encore que.

À travers une construction épistolaire, nos deux héros vont ressentir, vibrer aux sons, aux regards, aux silences, aux réflexions de l’autre. Et vont se comprendre. Comprendre ce qui les anime, les interroge, les choque, les traverse, les émeut, les révolte dans le monde d’aujourd’hui, dans les comportements des uns des autres, dans cette course effrénée après le temps, la réussite. Toutes les incompréhensions, les questions, les agissements de celles et ceux qui les entourent, qui nous entourent… Pour laisser place au vrai, au naturel, à la simplicité qui demeure un luxe souvent inaccessible au quidam.

Zoé n’en finit pas de tenter de trouver sa place dans une existence qui se révèle trop brutale pour elle. La jeune fille cherche des points d’ancrage, des valeurs rassurantes, des gens sains sur lesquels s’appuyer pour mieux se construire et se réparer de pertes indélébiles. Henry, lui, n’en finit pas de vivre. Certes, il a connu de belles choses, de belles amours entre son épouse et ses enfants, ses petits-enfants mais il sent que l’heure du bilan a sonné, que bientôt, il s’effacera pour d’autres ailleurs. Dans les yeux, les regards de Zoé, il redevient le jeune homme qu’il a été et les échanges d’énergies positives entre eux lui redonne un allant auquel il ne croyait peut-être plus. Une dernière danse avant le silence.

Alain Cadéo

Photo d’Alain Cadéo © DR

Avec une poésie indéniable, l’auteur nous convie à cette rencontre improbable, dans une époque où les jeunes détournent le regard de la vieillesse, où d’aucuns seniors crachent facilement sur la jeunesse, la jugeant responsable de tous les maux, la condamnant au pire. Subtile leçon sur le sens de l’intergénérationnel ou comment donner du sens aux relations humaines au-delà des apparences, maîtresses de nos existences souvent futiles, régulièrement pénibles.

Ils se confient par la plume l’un à l’autre, dans un calme que l’on envie, dans une profondeur que l’on aimerait connaître pour nous-mêmes. Ils se confient tout en pudeur, pour aller mieux, pour aller bien, pour grandir encore un peu. Et c’est bon. Et c’est heureux !

Nul ne sort indemne d’un tel périple. Quand on redescend du fortin d’Henry, quand on quitte le village de Zoé, on est plus serein. Apaisé. Reposé. Et il n’est pas impossible qu’on envisage de calmer un peu l’emballement de nos quotidiens. Qu’on tente de leur donner un peu plus de sens. C’est touchant, c’est drôle, c’est émouvant. C’est vivant !

 

Zoé dAlain Cadéo– Éditions Mercure de France – Parution : février 2015 – Couverture : ©  Mercure de France / Trevillon Images – 152 pages – Prix : 14,80 €

 

Source : http://la-ville-en-rose.com/chronique-litteraire-zoe-alai...

11:17 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.