UA-63729103-1

25 avril 2017

Les mots pour le dire... Une chronique de François-Xavier Van Caulaert

vaticanaff.jpg

Les Tapis du Vatican

 

 

En ce printemps 2017, à l'affiche du théâtre de la Flûte Enchantée, à deux pas de la gare d'Etterbeek, une pièce de l'avocat dramaturge Marc Helsmoortel.

 

Après une bonne dizaine de pièces juridiques, genre qu'il maîtrise parfaitement, Marc Heslsmoortel m'a surpris avec son vingtième opus. En effet, avec « les Tapis du Vatican », il nous montre que sa plume n'est pas limitée à l’écriture de plaidoiries ou de pièces tout droit sorties de son univers. Loin de là. C'est ainsi qu'il s'essaie à un nouveau genre, celui de la comédie sentimento-spirituelle.

 

« Les Tapis du Vatican » nous emmène très exactement à deux endroits bien particuliers.

D'une part, la Piazza Navona, théâtre d'une histoire d'amour qui est en train de déraper… en cause une incroyable histoire de tapis !

D'autre part, les salons feutrés de l'appartement papal à quelques jets de « pierres » de la Place Saint Pierre.

Là, il est également question de tapis, mais plutôt pour une question d'usure.

Entre ces deux univers, tel un pont les reliant, une rencontre nocturne quelque peu incroyable.

 

Pour découvrir la suite, je ne peux que vous conseiller de vous rendre à l'une des dernières représentations de ces « Tapis du Vatican ».

 

En une heure un quart, la magie opère pour vous transporter au cœur de la nuit romaine, sur cette fameuse Piazza Navona. Comme il nous y a habitué, l'auteur nous livre un excellent texte avec des répliques piquantes et rapides qui fusent entre les différents protagonistes. Ceux-ci sont au nombre de cinq. Un couple, un secrétaire du Saint Père et deux papes. Peut-être me direz-vous rien que cela ? Oui rien que cela.

Avec brio, sans forcer, et c'est probablement là que se mêlent talent et travail, Marc Helsmoortel nous montre toute la variation de sa plume. Il y a le tapis sentimental, le tapis « comédie romantique à la Woody Allen », le tapis spirituel, le tapis de prière…

 

A un excellent rythme, ne laissant guère de place ni aux longueurs ni aux temps morts, les scènes s’enchaînent, nous faisant passer d'une place à l'autre et faisant ainsi se dérouler le fil de l'intrigue.

Entre chacune d'elles, le public semble tant apprécier qu'il n'hésite pas à applaudir chaleureusement. Et là, je ne peux que lui donner raison.

 

La pièce est, à mes yeux, une réussite tant au niveau de la mise en scène que de la brochette de comédiens donnant vie aux personnages.

La mise en scène est pure, efficace, sans effets inutiles et, du coup, cela fonctionne vraiment bien. Tout est pensé. Le décor, l'utilisation de l'espace et les transitions afin d'avoir une belle fluidité.

 

L'interprétation est belle parce que puissante, juste et homogène. Il n'y a pas un jeu plus faible que l'autre. Les cinq comédiens sont portés par un enthousiasme, un plaisir d'interpréter ce texte construit comme une très belle mécanique où tout s'enchaîne avec précision et finesse. Il y a également une très belle générosité dans leurs regards et leurs voix qui vient chercher l'attention du spectateur, pour la saisir et ne plus la relâcher durant cette heure un quart que dure « Les Tapis du Vatican ».

Pour résumer, n'hésitez pas à vous rendre rue du Printemps, vous y passerez un très bon moment. Petit plus, si vous y allez ce jeudi soir, vous aurez l'occasion de rencontrer Marc Heslmoortel.

 

François-Xavier Van Caulaert

la flûte.JPG

Rue du Printemps 18, 1050 Ixelles

 

23:47 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

J'ai adoré la pièce, j'ai vraiment passé un bon moment.
J'ai invité mes amis à aller là voir.
Tout était parfait, j'ai adoré la proximité avec les acteurs, c'est comme si on faisait partie de leur vie.
À regarder SANS modération.

Jacqueline

Écrit par : Goemaere | 26 avril 2017

Les commentaires sont fermés.