UA-63729103-1

03 octobre 2017

Bakhita – Véronique Olmi – Albin Michel – 457 pages – Août 2017

Bakhita.jpgElle a dix-neuf ans, elle s’appelle Bakhita, elle est la nourrice de cette petite fille qui s’appelle Alice Michieli et vit à Zianigo.

Elle se répète cette réalité, mais les souvenirs sont couchés là, au pied de son lit, le passé est un chien fidèle…

Un village en feu. Un paquet derrière un bananier. La solitude…

Et la peur, la peur qui grandit de jour en jour, comme un paysage nu.

Elle que son père avait présentée à la lune, elle qui se savait l’invitée de la terre, voilà que l’univers ne la protège plus.

Les esclaves passent et n’habitent nulle part. Leur peuple n’existe plus. Ils font partie de cet éparpillement, ce martyre, les hommes et les femmes loin de leurs terres, qui marchent, et souvent meurent en chemin.

 

Elle a été enlevée à l'âge sept ans dans son village du Darfour et a connu toutes les horreurs et les souffrances de l'esclavage.

Rachetée à l'adolescence par le consul d'Italie, elle découvre un pays d'inégalités, de pauvreté et d'exclusion.

Affranchie à la suite d'un procès retentissant à Venise, elle entre dans les ordres et traverse le tumulte des deux guerres mondiales et du fascisme en vouant sa vie aux enfants pauvres.

 

Bakhita est le roman bouleversant de cette femme exceptionnelle qui fut tour à tour captive, domestique, religieuse et sainte. Avec une rare puissance d'évocation, Véronique Olmi en restitue le destin, les combats incroyables, la force et la grandeur d'âme dont la source cachée puise dans le souvenir de sa petite enfance avant qu'elle soit razziée.

 

Véronique Olmi retrace avec émotion l’enfance et la vie de celle qui fut déclarée patronne du Soudan par Jean-Paul II. Béatifiée le 17 mai 1992, elle a été canonisée le 1er octobre 2000.

Le pape dira à cette occasion : « Cette sainte fille d'Afrique montre qu'elle est véritablement une enfant de Dieu : l'amour et le pardon de Dieu sont des réalités tangibles qui transforment sa vie de façon extraordinaire ».

Bakhita.jpg

 

"Je viens de refermer ce livre magnifique. Chaque page m'attachait davantage à l'héroïne sans nom, impalpable et légère , qui trace une route cruelle sous ses pieds blessés. Une perle noire brille dans l'infernal cortège des esclaves, dans ma mémoire elle les incarne tous".

Jacqueline Mairesse (Lectrice)

15:00 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.