UA-63729103-1

30 septembre 2017

Un personnage de roman – Philippe Besson – Éditions Julliard – 247 pages – Septembre 2017

Besson un personnage de roman.jpg« Je connaissais Emmanuel Macron avant qu'il ne se décide à se lancer dans l'aventure d'une campagne présidentielle. Et quand il m'a exprimé son ambition d'accéder à l'Élysée, j'ai fait comme tout le monde : je n'y ai pas cru.

J'ai pensé : ce n'est tout simplement pas possible.

Pourtant, au fil des mois, au plus près de lui, de son épouse Brigitte et de son cercle rapproché, sur les routes de France comme dans l'intimité des tête-à-tête, j'ai vu cet impossible devenir un improbable, l'improbable devenir plausible, le plausible se transformer en une réalité.

C'est cette épopée et cette consécration que je raconte. Parce qu'elles sont éminemment romanesques et parce que rien ne m'intéresse davantage que les personnages qui s'inventent un destin. »

 

Proche du Président et de son épouse, Philippe Besson a suivi Emmanuel Macron dès que ce dernier a exprimé son intention de se présenter à l'élection présidentielle de 2017.

Dès les premières pages le style et le rythme captivent, invitent le lecteur à suivre l’ombre d’un personnage de roman.

Et quand Besson se pose… et que tous les flatteurs se pointent…

 C’est alors que les regards se croisent, car l’échappée solitaire commence à se faire rassemblement.

Le courtisé se confie… « Ce sont des digues qui cèdent. La recomposition est en marche. C’est en acte ce que l’on voulait depuis le début. Mais je distingue l’allié politique, ceux qui décident de s’engager et prennent une part active de ceux qui expriment un soutien. Ils seront traités différemment. »

Ln récit d’une aventure hors norme quand soudain, sans prévenir, comme un jeune chiot qui a flairé la bonne occasion, le narrateur parvient à (la) placer, cette phrase oh combien anodine, mais oh combien savoureuse, tant la narration des dessous de l’histoire le passionne… Lorsque je me livre (écrit Besson) à ce genre de pronostics, S. mon compagnon, me sermonne.

Il aura donc fallu attendre la page 147 pour qu’une autre ombre se glisse dans le récit…

D’autant que le petit roquet tombe lui aussi sous le charme de Brigitte. « On se sent à l’aise avec elle, il n’y a pas de barrière, pas de filtre. Et elle est absolument une femme de son temps. »

Le nouveau toutou se laisse prendre au jeu. Il accompagne parfois le narrateur au QG, ou en déplacement…

Ils observent…

Le pouvoir aimante les opportunistes. L’ancien monde n’est pas tout à fait mort.

 

Pensons à la phrase de Cocteau : « Puisque ces mystères nous échappent, feignons d’en être l’organisateur. »

WP_20170923_018.jpg

18:33 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.