UA-63729103-1

03 décembre 2017

MARTHA OU LA PLUS GRANDE JOIE - FRANCIS DANNEMARK - Le Castor Astral - 122 pages - 2017

Martha.jpg

 

 

 Ce qui m'avait vraiment touché, c'est ce qu'il disait des mots : "Les mots signifient tout, n'importe quoi et le contraire. C'est le ton qui compte. C'est la lumière dans les yeux de la personne qui parle et dans ceux qui l'écoute. Le grain de la voix. Une vibration dans l'air. La courbe que dessine la main pendant que les mots filent. Allez faire passer ça dans un texte...! Écrire est un métier affreusement compliqué. (Rire.) Je crois que j'aurais préférer jouer de la cornemuse. Mais c'est très difficile de raconter une histoire en jouant de la cornemuse. Comme c'est ça que j'aime, raconter des histoires, alors je continue de les écrire."

 

Martha se remet peu à peu de la grave chute qui a affecté sa mémoire et sa personnalité. Martin, son frère, l'emmène sur les routes de Bourgogne à la rencontre de Jeanne, une femme appartenant au passé de leur père. Mais Martin doit partir à la recherche de l'auteur irlandais qu'il a traduit et qui est accusé de plagiat. La vie des protagonistes se transforme, faisant place à une grande joie.

 

Francis Dannemark est né en 1955. Il est l'auteur d'une quarantaine de livres, principalement chez Robert Laffont et au Castor Astral, dont Choses qu'on dit la nuit entre deux villes, Qu'il pleuve, Le Grand Jardin et Histoire d'Alice qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un). En duo avec Véronique Biefnot, sous le nom de Biefnot-Dannemark, il est aussi l'auteur de La Route des coquelicots et de Kyrielle Blues, ainsi que de Place des Ombres, après la brume.

23:57 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

02 décembre 2017

Fiche de lectures pour un ami

4.JPG

 

Dugain.jpgILS VONT TUER ROBERT KENNEDY - MARC DUGAIN -  GALLIMARD

À Vancouver, en Colombie-Britannique, un professeur d'histoire contemporaine fait sa thèse sur l'assassinat de Robert Kennedy. Il est persuadé que la mort brutale de ses deux parents, successivement en 1967 et 1968, est liée à l'assassinat du politicien américain en juin 1968. Son enquête l'amène à découvrir les liens tissés par son père et les services secrets britanniques durant la Résistance.

 

Trahir Dunmore.jpgTRAHIR - HELEN DUNMORE - MERCURE DE FRANCE.

Dans les années 1950, Anna, enseignante, et Andreï, médecin, vivent à Leningrad. Ce dernier voit arriver le fils unique de Volkov, chef de la police secrète, qui n'accepte ni le diagnostic de cancer des os, ni l'amputation de la jambe qui s'avère nécessaire. L'étau se resserre sur le couple tandis que collègues et amis les abandonnent. 

 

 

Tabachnik.jpgL'IMPOSSIBLE DÉFINITION DU MAL - MAUD TABACHNIK - DE BORÉE

Un roman mettant en scène le tueur en série Andreï Tchikatilo, surnommé le monstre de Rostov, qui fut tueur, violeur et anthropophage.

Prix Griffe noire 2017 pour l'ensemble de son œuvre décerné à Maud Tabachnik.

 

 

Guez.jpgLA DISPARITION DE JOSEF MENGELE - OLIVIER GUEZ - GRASSET.

En 1949, Josef Mengele, ancien médecin SS à Auschwitz, s'enfuit en Argentine, où il est protégé par ses réseaux et l'argent de sa famille. Mais sa traque reprend, menée par le Mossad puis par le chasseur de nazis Simon Wiesenthal. Réfugié au Brésil, il est isolé, dévoré d'angoisse et doit passer de planque en planque. En 1979, il meurt noyé sur une plage brésilienne. Prix Renaudot 2017.

 

 

l'art de perdre Zeniter.jpgL'ART DE PERDRE - ALICE ZENITER - FLAMMARION.

Alors que la France est traversée par une crise identitaire, l'auteure s'interroge sur ses origines algériennes, son grand-père, un harki, et le silence de sa famille. Elle raconte le destin des générations successives entre les deux pays. Prix des libraires de Nancy et des journalistes du Point 2017, prix littéraire du Monde 2017, prix Landerneau des lecteurs 2017, prix Goncourt des lycéens 2017

17:58 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

01 décembre 2017

Trois siècles de franc-maçonnerie... et après ? : Hervé Hasquin entretiens avec Eddy Caekelberghs - Les éditions du CEP - 133 pages - Septembre 2017

Scan.jpg

A l'occasion du 300e anniversaire de la franc-maçonnerie, H. Hasquin, universitaire, historien et homme politique à l'initiative de la première chaire de maçonnologie de Belgique, revient sur l'histoire et sur les perspectives d'avenir de cet ordre initiatique. 

La franc-maçonnerie a encore un avenir prometteur. Elle a toujours démontré sa capacité d'anticipation sur les événements. Oui, elle a été à l'avant-garde. Elle a pratiqué la tolérance religieuse et l'égalité bien avant qu'elles ne s'inscrivent dans le droit positif des Etats. Prenons l'exemple de la Belgique. Elle a pensé le suffrage universel et l'instruction obligatoire avant leur concrétisation. Grâce à son action, l'ULB, l'enseignement secondaire et universitaire pour jeunes filles sont devenus des réalités au 19e siècle. Au siècle suivant, ont été mis en place des centres de planning familial, alors que parler de contraception relevait de la pornographie pour nombre de bienpensants ! L'interruption volontaire de grossesse, l'euthanasie, les droits des homosexuels, les questions de bio-éthique, ont fait l'objet de conférences ou de séminaires sans mot d'ordre d'Obédience ou de Loge... Il appartenait à chaque individu, Frère ou Soeur, d'agir comme bon lui convenait, en dehors du Temple, dans la « vie profane » pour reprendre l'expression en usage en maçonnerie.

 

Hervé Hasquin
Historien, chercheur et docteur en Philosophie et Lettres, Hervé Hasquin enseigna à l'ULB ; il en fut le recteur et le président du Conseil d'administration. Parallèlement, il mena une carrière politique (sénateur, député, ministre). Il a présidé l'Institut d'étude des religions et de la laïcité de l'ULB. Il a été élu Secrétaire perpétuel de l'Académie royale de Belgique. Hervé Hasquin a été initié en maçonnerie en janvier 1970.

Eddy Caekelberghs
Diplômé de Sciences politiques et relations internationales, et d'une maîtrise en études européennes de l'ULB, il est secrétaire de rédaction à la RTBF. Il est franc-maçon au sein du Grand Orient de Belgique où il fut notamment 1er Grand maître adjoint.

00:47 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

29 novembre 2017

RETEX -Vincent Crouzet – Le Passeur éditeur – 573 pages – octobre 2017

Retex Crouzet.jpgL’action de RETEX se déroule en 2011, quand la menace islamique ne s’étendait pas encore sur l’ensemble du Sahara, quand les États-Unis, conduits par un président progressiste, tentaient de mettre en échec les ambitions nucléaires de l’Iran, et quand, en Afghanistan, une coalition pensait annihiler le fondamentalisme armé et les terreurs contemporaines.

L’heure, encore, des illusions occidentales…

Avant le chaos.

Dans cette fournaise, Laure de Beaugency, agent du Service Action de la DGSE, la main armée qui punit clandestinement les ennemis de la France. Avec son équipier, Serge Julian, sous couverture de photographes animaliers, ils quittèrent le fort de Noisy le 26 avril, Kaboul le 28, et sont entrés avec leur guide pachtoune dans une vallée sur les contreforts du Wakhan, sur les confins afghans, entre Chine et Pakistan.

Le 14 mai, leur hiérarchie est toujours sans nouvelles.

Le 16 mai, Azar, le guide sera retrouvé par une patrouille de la 10e division d’infanterie de montagne de l’US Army.  Ce premier est égorgé et a été visiblement supplicié.

Les deux autres sont portés manquants.

 

Le 25 mai / Hôpital d’instruction des armées de Val-de-Grâce / Service psychiatrique.

Le médecin-général chef de service est un homme concis.

- Rien de nouveau en fait. Les opex nous amènent beaucoup de monde et ce dont Laure souffre, des millions de combattants l’ont rencontré.

- Mais qu’a donc enduré l’agent ?

 

Revenue seule de cette mission, elle souffre de stress post-traumatique. Le colonel Montserrat souhaite lui donner une chance et l'affecte alors à la sécurité de la station d'écoute du plateau d'Albion, en Provence, mission plus dangereuse que prévu. Sur cette sublime terre sauvage planent l'ombre des fantômes de six jeunes femmes disparues, la menace d'une secte apocalyptique, le regard masqué d'espions perdus et la présence furtive d'une louve invisible.

En territoire hostile, Laure, malgré son stress post-traumatique, doit affronter les dangers. Pendant ce temps, en Iran, une suite de périls sans précédent cible une source prioritaire des services de renseignement français.

 

 

Vincent Crouzet, le romancier français de l'espionnage, est aussi un spécialiste de l'univers du renseignement, auquel il a longtemps appartenu. Retex est son sixième roman.

 

Le lecteur sera vite attiré par le rythme de l’écriture. Sans préavis, la meute de mots le piègera pour quelques heures haletantes.

Derrière lui, dix, douze, quinze mâchoires acérées ?

Pupilles dilatées par l’excitation, la frénésie, ils fusent de toutes parts….

 

Frissons assurés !

 

 

15:19 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Savants fous, visionnaires et charlatans : les errances de la science du XVIIIe siècle à nos jours - Silvano Fuso - éditions Vendémiaire - 360 pages - Septembre 2017

Savants fous.jpg

A partir du XVIIIe siècle, les avancées scientifiques laissent entrevoir un monde où le progrès n'a plus de limites. Une véritable course à l'invention commence alors où se côtoient les plus grands chercheurs et les pires charlatans. 

Nous éclairant sur les aveuglements individuels et collectifs, dévoilant les falsifications ou inventions délirantes, l'auteur revient sur les erreurs et les grandes escroqueries de l'histoire des sciences, des eaux miraculeuses aux tentatives de téléportation.

Silvano Fuso nous révèle ainsi combien la recherche scientifique est influencée par les ambitions et les faiblesses de ceux qui en sont les acteurs.

Une introduction ludique à l'histoire des sciences et des idées.

 

Chercheur pendant plusieurs années en spectroscopie moléculaire à l'Université de Gênes, puis professeur de chimie au lycée, Silviano Fuso se consacre à la vulgarisation scientifique, à travers des ouvrages pour le grand public et de nombreux sites et journaux (La Repubblica, Le Scienze, Darwin, Scoprire). Il s'intéresse tout particulièrement au paranormal et aux pseudo-sciences.

 

Un long voyage à la découverte de la fausse science.

00:16 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

28 novembre 2017

Une maison bruxelloise - Valentine de le Court - éditions MOLS - 158 pages - Novembre 2017

de le Court.jpgChère Valentine,

 

Voilà à peine plus de trois ans que vous avez fait votre apparition dans les librairies, et cela après avoir usé dix-sept paires de chaussures sur les parquets de danse.

 

À l'automne 2014, paraissait aux éditions Mols, votre premier roman « Explosion de particules ». Vous nous emmeniez sur les pas de Juliette, au cœur d'une relation amoureuse complexe et destructrice. Et dès ce premier livre, les bases de votre écriture étaient posées.

Un an plus tard sortait en librairie « Vacances Obligatoires en Famille ».

Du premier livre au second, les promesses étaient tenues, le niveau maintenu et les bases renforcées. Ne vous inquiétez pas, je finirai par en parler.

 

Pour finir ou plutôt pour continuer, devrais-je écrire, c'est votre troisième livre qui vient de rejoindre dans  les rayons des librairies, les deux premiers. Il a pour titre  «Une maison bruxelloise».

 

À la sortie de votre premier livre, je me souviens avoir écrit que celui-ci m'avait procuré du plaisir, qu'il m'avait tenu en haleine et qu'il m'avait ému. Et bien, deux tours plus tard, c'est toujours le cas et ce pour diverses raisons.

 

Avant d'en parler, je lève en quelques mots le voile sur ce nouveau livre. Une maison bruxelloise vous emmène sur les pas de Maria Fernanda qui, suite à une séparation, quitte le Brésil et vient s'installer en Belgique. Là, elle se met à chercher un emploi et tombe sur une petite annonce concernant le nettoyage d'une maison. Une maison bruxelloise. Une grande maison où Maria Fernanda va avoir bien des choses à faire, à découvrir, à vivre.

 

Avec ce troisième livre, comme je l'écris un peu plus haut, vous tenez les promesses, maintenez le niveau, renforcez les bases, et surtout vous montrez une belle fidélité aux fondements de votre plume.

 

En effet « Une maison bruxelloise », c'est d'abord une plongée dans un décor, dans une ambiance très finement travaillée. Comme votre premier livre, celui-ci sent la belgitude, le familier qui vous est cher. J'ai toujours la sensation que vous nous emmenez dans vos lieux. Ceux-là mêmes qui sont chargés en émotions pour vous. Et, d'une certaine manière, c'est un cadeau.

 

On y retrouve également votre capacité à bâtir des personnages touchants et troublants avec lesquels je me sens rapidement en empathie. Certes, ils m'agacent quelquefois par certains de leurs côtés, mais ils sont de belles rencontres. Des invitations à la réflexion au travers de leur vécu et de leur personnalité.

 

Et puis, ce qu'il y a dans vos livres, et qui me tient en haleine tout au long de la lecture, c'est la découverte de la fin, des derniers mots que vous avez choisi de poser. Vous aimez fignoler les fins, les rendre fortes. Elles sont de vrais choix. Parfois fermées, parfois ouvertes, et toujours source de réflexion et de possibilité de rebondir. De vos fins, tout comme de vos ouvertures dans vos livres, pourraient naître de nouveaux ouvrages.

 

Pour finir, ce que j'apprécie énormément dans vos histoires, c'est la manière de les écrire. Lorsque je lis vos mots, je sens le plaisir et l'excitation que vous avez eu à les écrire. J'ai l'impression que la petite fille que vous étiez, et qui devait aimer raconter des histoires, ne vous a pas quitté. Elle vit en vous, danse sur son fil, emmène votre stylo à la conquête de la page blanche.

Et sachez-le, c'est un régal.

 

Dois-je vous dire que j'attends le quatrième avec impatience, afin de le lire en une nuit, comme les trois précédents ?

 

Au plaisir

 

11811487_10207299380708733_458479829133566320_n - Copie.jpg

 

 

 

 

 

 

23:22 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

27 novembre 2017

Les routes de la soie - Peter Frankopan (Traduit de l'anglais par Guillaume Villeneuve) - éditions NEVICATA - 735 pages - Octobre 2017

les-routes-de-la-soie.jpg

À bien des égards, la fin du XXe et le début du XXIe siècles ne sont pas sans être une sorte de désastre pour les États-Unis et l'Europe, occupés à mener une bataille perdue pour conserver leur situation dans ces territoires vitaux reliant l'est à l'ouest.

Avec son « histoire du cœur du monde », Peter Frankopan renverse notre récit traditionnel, qui gravite autour de la Grèce antique, de Rome et de l’irrésistible ascension de l’Occident. Une approche réductrice, qui mérite une relecture urgente et approfondie.

L’auteur élargit la perspective et tourne son regard vers « une région située à mi-chemin entre Orient et Occident, qui va des rives orientales de la Méditerranée jusqu’à la mer Noire et à l’Himalaya ». C’est là qu’il place le curseur de sa lecture de l’histoire.

Né en 1971, Peter Frankopan est historien et professeur à l’Université d’Oxford, où il dirige le Centre de recherches byzantines. Également enseignant aux Universités de Yale, Harvard, Princeton et Cambridge, il est l’auteur d’une Histoire de la Première croisade (2012), unanimement saluée.

Une relecture de 2.500 ans d'histoire, d'Alexandre le Grand aux luttes géopolitiques du XXIe siècle, qui replace la région des routes de la soie, des rives orientales de la mer Méditerranée jusqu'à la mer Noire et l'Himalaya, au coeur de l'histoire.

 

"Phénoménal et audacieux. Un livre qui vous ouvre les yeux"

youtube.jpg

logo nevicata.JPG