UA-63729103-1

08 février 2018

Les Espionnes du Salève – L’envers du miroir – Mark Zellweger – éditions Eaux Troubles – 315 pages – Février 2018

Les espionnes du Salève Zellweger bis.jpg

 

En juin 1940, l'armée allemande marche sur Paris. Le service de renseignement suisse surveille les frontières de la Confédération, tandis que les filières de passage de la France vers la Suisse romande se mettent en place et que la résistance s'organise entre Genève et Lyon.

Les pentes du Salève vont grouiller de personnages qui vont se fondre dans la nuit… la clandestinité… la guérilla, les filières de passages.

Certains salons vont s’ouvrir aux Polonais, Tchèques, Français, Américains, Hollandais…

Le consulat de Grande-Bretagne assurera une interface en la personne d’un nommé Victor Farrell qui avait quelque chose dans la tête, ressemblant plus au pit-bull ayant un jambon dans la gueule qu’à un dandy dans une course hippique.

Hannah Leibowitz, rescapée du ghetto de Lodz, arrive à Genève en juin 1940 avec son fils Avram, rencontre le président de la communauté juive de Genève et sa fille Esther.

 Elle prendra la tête d'un groupe de résistantes.

Les financements de toutes les opérations menées, leur suivi, et toute la mécanique qui s’était mise en place, permettaient aux hommes et aux femmes de l’ombre de mener à bien leurs idéaux.

Hannah Leibowitz poursuivra son action auprès des réfugiés et de la Résistance. Elle continuera à rencontrer régulièrement Victor Farrell dont elle appréciait la profondeur des analyses.

S’approcher des cibles, essayer de les cuisiner, ne pas se jeter dans la gueule du loup…

Et l’auteur de nous lancer dans un thriller au rythme très soutenu.

Il faut reconnaître que Mark Zellweger est parvenu à me faire -radicalement- changer d’avis quant à l’a priori urticant que je développe pour les « avant-propos », « préface », « postface », etc… bien souvent surfaits par rapport au récit.

Dans son ouvrage, le solide prologue nous situe le cadre du roman. Et… le fait que l’auteur ait rencontré une personnalité telle que le Dr. Christian Rossé qui va ensuite signer une préface dans laquelle il développe tout le contexte historique est d’une intelligence telle que ma curiosité de ce qui s’était passé dans « les coulisses » a été bien stimulée.

La suite du récit n’en a été que plus palpitante.

01:34 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.