UA-63729103-1

25 avril 2018

Ma très, très chère Laurette, J'espère que ma lettre va te trouver ben, épi en santé. Un billet de Daniel Beaulieu

Daniel Beaulieu.JPG

Ma très, très chère Laurette,


J'espère que ma lettre va te trouver ben, épi en santé. Ma t'dire un affaire, une secousse j'pensais ben, comme j'ai déjà dit, que l'hiver était pour passer l'été icitte. Mé là, on voué des signes de printemps... les oies blanches sont icitte par milliers; l'autre apra-midi, j'ai reposé ma cabane à hirondelle épi cré-moé, dix minutes apra, mes hirondelles éta r'venues. Çafaque chu ben content.
L'grand Jean-Maurice éta assez tanné d'la mauvaise météo qu'y a décidé c't'année de partir plus d'bonne heure; au lieu de s'en aller dans l'ouest tu suite épi de travailler din cultures, y vient d'partir pour les Méritimes... y s'en va donner un coup d'main à pêche aux homards. Maudit chanceux... apra ça y va travarser dans l'ouest épi toute l'été y va s'en r'venir en travaillant din cultures épi din récoltes... Cé ben mon idée qu'on va le r'voir jusse pour la récolte des cétrouilles au mois d'octobre.
Çafaque d'apra moé, cé moé qui va être oubligé d'aller donner des p'tits coups, à bonn'femme Taillefère... ... ... j'veux dire des p'tits coups d'main de temps en temps. À là toujours des travaux à faire faire... si cé pas trop dur, parce que j'vieillis moé tout.
J'ai ben plus hâte de te voir Ma Laurette; aussitôt qui va faire assez chaud, épi que les nénuphars vont être sortis, m'a atteler, épi m'a aller te charcher, épi m'a t'amener faire un beau tour dans l'crique à Turpin avec la chaloupe Verchère du grand Jean-Maurice. Cé ben sûr qu'y en aura pas d'besoin c't'été. J'pense ben que chu encore capabe de donner une couple de coups d'rame...
Tu pourras mettre ta belle tite robe à pois jaune, ton chapeau d'paille, j'apporterà des bonnes sandwichs au béloné avec des chips épi peut-être un peu d'ail des bois, épi une couple de tartines de confiture aux fraises des champs.
J'apporterai aussi d'la région sauvage, pour pas qu'on s'fasse manger l'cul par les maringouins. Mé d'habitude y'en a pas au soleil. Maudit qu'on va être ben Ma Laurette. J'ai hâte. D'icitte à c'temps-là, prends ben soin d'toé...

 

L'Outaouais Daniel Beaulieu

Saint-André-d'Argenteuil

22:12 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.