UA-63729103-1

L'autre rive du Bosphore

L'autre rive du Bosphore

Auteur : Theresa Révay

Éditeur : Belfond

Année : Septembre 2013

Ce récit relate un moment charnière de l’histoire européenne à l’époque où Istanbul s’appelait encore Constantinople, quand les vainqueurs de la guerre arrivent en conquérants dans un pays qui a choisi la mauvaise alliance. La ville est occupée par les armées grecque, anglaise et française, et même italienne suite aux traités signés après la Grande Guerre. Les Turcs ayant perdus la guerre, les alliés prennent possession de la ville durant quelques années.
Ce lieu magique sera un échiquier de la vie politique, mais aussi un échiquier des émotions et des sentiments puisque les turcs se battront pour une indépendance et pour un pays. L’auteure va nous faire vivre la fin d’une époque, la fin de l’empire des sultans qui avaient dominé l’Europe pendant tant de siècles et qui ont quitté le trône au début des années 1920 pour laisser place à la république de Turquie.
La vraie histoire, authentique et véridique, est animée par des personnages romanesques qui incarnent ce que les gens vivaient à l’époque. En premier, Leyla, une jeune ottomane, femme de ferveur et de courage, parfait équilibre de la jeune femme moderne et pourtant respectueuse des traditions, prendra le parti de Mustafa Kemal, alors que son mari est le secrétaire du Sultan. Leyla appartenait à cette génération de femmes à qui l’on avait appris les trésors de la logique et du raisonnement, éveillant dans leur esprit des appétits nouveaux. L’héroïne du livre, incarne bien le caractère de nombre de jeunes femmes dans cette modernité naissante.
Ensuite Louis Gardelle, l’officier français qui se verra attribué la demeure de Selim Bey réquisitionnée par les forces d’occupation. Louis, pourtant marié, découvrira l’amour avec une jeune serveuse de bar, russe blanche réfugiée à Constantinople, fuyant la révolution bolchevique.
Rose, l’épouse trompée découvrant que son mari n’est pas celui qu’elle croit, cherchera refuge dans une Smyrne qui sera immolée par des troupes revanchardes.
Hans Käster, ce jeune archéologue, spécialiste passionné de l’empire disparu des Hittites, captivera son auditoire lors de cours magistraux, relatant que rien ne résistait au monde solaire de l’Asie Mineure, à ces guerriers qui avaient régné sans partage sur l’Anatolie et la Syrie pendant plus de mille ans. Hans ressuscitait leurs villes fortifiées, leur usage ingénieux des métaux et leur sens du commerce, à une époque où la civilisation européenne en était à ses balbutiements. Or le même Hans est torturé par une passion plus importante encore, Il pensait devenir fou tant sa crainte de perdre un être cher lui laissait entrevoir un avenir qui ne serait plus qu’incertitude. Il tentera de chasser cette sensation nauséeuse, maudissant ce coup du sort qui le rejette à la lisière de l’existence de l’être cher.
En filigrane, Atatürk, dont l’implication historique orchestrera la vie de tous ces personnages. Ces rencontres bouleversantes entre l’orient et l’occident sont les prémices d’un monde moderne, et feront entrevoir comment ces femmes ottomanes se sont émancipées, comment elles ont pris le pouvoir, comment elles ont joué un rôle dans cette guerre d’indépendance.
Choc des cultures, traditions ancestrales en butte à un monde qui change, rivalités amoureuses, espionnage entre nations, désillusions nées de la guerre, nous voilà embarqués dans une époque qui se meurt et une nouvelle ère porteuse d’espoir,

Note : 7/10

Babelio

Publié dans Choniques UBU PAN | Lien permanent