UA-63729103-1

L'enfer de Kathy

L'enfer de Kathy

Auteur : Kathy O’BEIRNE

Éditeur : l'Archipel

Année : Octobre 2009

Kathy se bat depuis plus de onze ans pour que justice soit rendue aux jeunes femmes victimes des sœurs de Marie-Madeleine (« Magdalena Sisters »). À travers son récit (autobiographique ?), c'est à ces oubliées d'Irlande qu'elle donne la parole. Le récit se déroule dans les années 70 et ne fut connu du grand public qu’au début des années 2000. Kathy est enfermée très jeune dans une école de redressement où elle subit violences et abus sexuels. Lorsqu’elle se plaint, on la transfère dans un hôpital psychiatrique, où elle sert de cobaye.
Bien plus tard, après avoir échappé aux pièges de l’institution, et après de longues années de déni et de refoulement, que les fantômes du passé ressurgissent. Alors qu’elle fait quelques courses dans un supermarché, au détour d’un rayon Kathy raconte : « Je commençai à collecter mes produits habituels. Le magasin était éclairé, tout était normal, quand subitement une sensation de malaise me saisit, comme si je n’avais rien à faire là. Pourtant je savais bien ce que j’étais venue chercher dans ce lieu : de quoi me ravitailler ! Mais le doute continua de s’insinuer dans mon esprit : que faisais-je là ? ». Le Diable la ressortait à nouveau de son enfer intérieur pour la replonger dans l’abîme de son enfance et lui faire revivre toutes les atrocités qu’elle espérait refoulées. Comment cela est-il encore possible au 20e siècle ? Le récit est très dur psychologiquement. On parla très peu de l'existence de ces institutions jusqu'à ce que, en 1993, un ordre de sœurs à Dublin vendît une partie de son couvent à un promoteur immobilier. Les restes de 155 pensionnaires, inhumées dans des tombes anonymes dans la propriété, furent exhumés et incinérés puis ré-inhumés dans une fosse commune. Ceci provoqua un scandale public à l'échelle régionale et nationale. D’anciennes pensionnaires au foyer confirmèrent les incessants abus sexuels, psychologiques et physiques alors qu'elles étaient isolées du monde extérieur pour une durée indéterminée. Les conditions qui régnaient dans les couvents et les traitements subis par les pensionnaires ont été également traités dans le film « The Magdalena Sisters » (2002) de Peter Mullan, largement salué par la critique. La dernière blanchisserie irlandaise de Madeleine, située à Waterford, a été fermée le 25 septembre 1996. En mai 2009, la commission d'enquête sur la maltraitance des enfants en Irlande a publié un rapport de 2 000 pages détaillant des dizaines de milliers de cas d'horribles sévices commis dans de nombreuses écoles, y compris dans les Couvents de la Madeleine. Malgré la constitution d'une commission gouvernementale, toutes les demandes d'indemnisation des victimes sont restées lettre morte.
Certains milieux dérangés par ces révélations et principalement des associations catholiques clament que le livre de Kathy O’Beirne serait une imposture. Allant au-delà de cette polémique, le récit relate des faits indignes, perpétrés par une communauté religieuse, avec de multiples complicités, médicales, politiques et économiques, à l’encontre d’une partie de sa population.

Le 5 février 2013, l’État irlandais reconnaît sa responsabilité dans « l'asservissement » de plus de 10 000 femmes enfermées entre 1922 et 1996 dans les « blanchisseries Madeleine », ouvrant enfin la voie à une indemnisation.

Note : 7/10

Babelio

Publié dans Choniques UBU PAN | Lien permanent