UA-63729103-1

Mes Argentins de Paris

Mes Argentins de Paris

Auteur : René de Ceccatty

Éditeur : Séguier

Année : Février 2014

L’Argentine et l’Europe, une histoire d’amour et de conquêtes qui remontent au XVIe siècle et bien après encore. Espagnols, Anglais et Italiens s’y sont plus que frottés à cette belle terre lointaine et rien de plus normal que les deux continents entretiennent des échanges commerciaux, culturels ou de terres d’accueil réciproques.
Ce qui fait que l’Argentin se rendant en Europe, se retrouve toujours un peu chez lui. Mais comme l’écrit si bien Julio Cortázar : « un écrivain exilé est en premier lieu une femme, un homme exilé, c’est quelqu’un qui se sait privé de tout ce qui lui appartient, très souvent d’une famille, et dans le meilleur des cas d’un mode et d’un rythme de vie, d’un parfum de l’air et d’une couleur de ciel, d’une habitude de maisons et de rues et de bibliothèques et de chiens et de cafés avec les amis et de journaux et de musiques et de promenades dans la ville. L’exil est la cessation du contact avec certaines feuilles et d’un lien avec l’air et la terre qui nous sont naturels, c’est comme la brusque fin d’un amour,...».
Or la France peut faire palpiter à nouveau ces cœurs aux âmes nostalgiques des terres ancestrales. Si elle leur a ouvert les bras, c’est surtout Paris qui les berce en son nid.
Pour nous permettre d’ouvrir nos cœurs et de découvrir d’autres sensibilités, René de Ceccatty, l’auteur de « Mes Argentins de Paris », ne va pas seulement nous parler du présent mais aussi nous plonger dans le bouillonnant passé de ces écrivains, chanteurs, musiciens, cinéastes, metteurs en scène, architectes ou encore médecins et psychanalystes.
L’orage culturel résonne du cri de tout un peuple. Les Devanciers* furent un terreau où fourmilleront Amour, Poésie, Amitié, Rêve et Désir. Où Nostalgie et Liens lièrent la Communauté. Son Chant d’Amitié résonne encore au fond des Cafés transmettant avec un Fantastique Lyrisme une Résistance Imaginaire à la Maladie, à l’Aphasie, à l’Inexistence Mystique d’une Identité non pas perdue dans les Coulisses d’un Music-Hall où Costumes et Travestis se regardent derrière les Masques décorés des Camélias d’une Enfance oubliée, mais bien en train de revivre au sein cette Bibliothèque dont l’Elégance sera égale au Déplacement de Rêve cette jeune Actrice gravissant les marches des Restaurants argentins de Paris. Blogs et sites sur la littérature argentine, Personnalités ayant séjourné à Paris ou s’y étant installés, Quelques dates, une formidable Chronologie des créations d’Alfredo Arias, ne seraient pas complets sans l’excellente liste que nous propose René de Ceccatty avec sa bibliothèque idéale « l’Argentine en trente-deux livres ». N’en déplaise à l’auteur, j’y adjoindrai aussi son petit dernier : « Mes Argentins de Paris ».
N’oublions pas que dans l'imaginaire populaire latino-américain, l'Argentin est une espèce d'Européen hispanophone, doté d'un ego de belle taille et forcément taraudé par ses origines. "Les Mexicains descendent des Aztèques, les Péruviens des Incas et les Argentins descendent des bateaux", dit un proverbe que les Argentins aiment citer. Car cette culture déracinée a aussi donné naissance à une autodérision féroce. "Nous rions beaucoup de nous-mêmes, explique Gregorio Ruben Devito. Parce que nous aimons rigoler, certes, mais surtout pour empêcher les autres de le faire. Nous les devançons".
*Les mots en italiques sont les titres de quelques chapitres .

Note : 7/10

Babelio

Publié dans Chroniques UBU PAN | Lien permanent